Accueil arrow Notes d'actualité arrow Bahreïn, Arabie, Iran : risque d’un embrasement ?

NOTE D'ACTUALITÉ N°244
BAHREïN, ARABIE, IRAN : RISQUE D'UN EMBRASEMENT ?

Alain Rodier
21-03-2011

Alors que le monde a les yeux tournés vers le Japon - suite au tremblement de terre du 11 mars qui a eu les conséquences terrifiantes que l'on sait - environ un millier de militaires saoudiens et cinq cents policiers des Emirats arabes unis sont entrées au Bahreïn, le 13 mars, pour épauler le roi Hamad bin Isa al-Khalifa face à l'insurrection qui prend de plus en plus d'ampleur[1]. Cette intervention entre dans le cadre des accords militaires du Conseil de coopération du Golfe (CCG), qui regroupe le Bahreïn, l'Arabie saoudite, les Emirats arabes Unis, Koweït, le Qatar et Oman, depuis la création de cette organisation le 25 mai 1985. Les Etats-Unis et l'ONU ont fait état de leur préoccupation suite à cette initiative sécuritaire car ils craignent une extension du conflit dans cette région particulièrement sensible sur les plans économique et stratégique.

Le Bahreïn, lieu d'affrontements entre l'Arabie saoudite et l'Iran

A la différence des insurrections qui se sont déroulées et se déroulent encore sur le continent africain (Tunisie, Egypte, Libye), la situation dans le Golfe persique est bien plus alarmante sur le plan international. En effet, deux grands pays s'y opposent depuis des années pour conserver ou asseoir leur influence.

D'un côté l'Arabie saoudite, où la famille Saoud est mise en difficulté, en particulier par la minorité chiite (10%) qui réclame plus de reconnaissance. Cette population est surtout présente dans la province sud-est d'Ash-Sharqiyah et en particulier dans la ville de Qatif, proches du Bahreïn. Le royaume est déjà menacé à ses frontières avec le Yémen et, dans une bien moindre mesure, avec Oman. Le cas du Bahreïn est crucial car la crédibilité de la famille régnante Al-Khalifa, qui est sunnite, est fortement ébranlée par la majorité de la population qui est chiite (70%).

Alors que le parti d'obédience chiite le plus important, le Al Wefaq, acceptait de négocier avec le pouvoir en place, ne remettant pas en cause la constitution du pays, la « Coalition pour la création d'une république » - qui regroupe depuis le début du mois de mars trois formations chiites plus modestes mais plus extrémistes[2] - se montrait intransigeante. Ses militants occupaient la Place de la perle au centre de Manama et menaçaient directement les quartiers d'affaires. L'intervention du CCG emmené par l'Arabie saoudite démontre d'ailleurs que le régime se sent très vulnérable puisqu'il ne parvient plus à maîtriser la situation avec ses propres forces de sécurité.

De l'autre côté, l'Iran trouve là l'occasion d'étendre son influence en soutenant les rebelles chiites. Cela était une constante depuis des années au nord du Yémen, dans la région de Saada, et jusqu'à maintenant d'une manière plus discrète au Bahreïn.

L'intervention des forces du CCG est le prétexte rêvé pour Téhéran afin de prendre toutes les mesures nécessaires pour « défendre ses frères agressés ».

La problématique se complique lorsque l'on sait que l'état-major de la Ve flotte américaine qui couvre l'océan Indien se trouve au Bahreïn.

Pour l'Occident, la situation dans la région du Golfe persique est encore plus sensible que celle qui prévaut en Afrique du Nord[3]. En effet, la majorité de ses approvisionnements en hydrocarbures provient de cette zone. Une déstabilisation durable de la région aurait des conséquences catastrophiques pour l'économie mondiale.

 

 

*

 

 

Si un conflit ouvert semble peu probable tant le rapport des forces est défavorable à l'Iran, il est toutefois prévisible que Téhéran va se lancer dans une surenchère de déclarations enflammées sur la scène internationale et intensifier ses opérations secrètes menées par la force Al-Qods des pasdarans et ses services spéciaux, le Vevak. Des démonstrations de force ne sont pas non plus à exclure, en particulier des manœuvres aéronavales dans le Golfe persique et en mer d'Oman. A cette occasion, des incidents dus à des dérapages plus ou moins voulus sont également à craindre.

Enfin, employant une tactique de « contournement » qui lui est chère, Téhéran peut intensifier ses opérations secrètes en Afghanistan, en Irak, au Liban et à Gaza. Les mouvements rebelles et le Hezbollah libanais pourraient voir leurs approvisionnements en armes[4] et instructeurs considérablement augmenter.

Toutefois, les Iraniens savent pertinemment qu'ils ne doivent pas fournir à leur tour le prétexte à une intervention militaire américaine. En gros, sauf accident, ils savent jusqu'où ils peuvent aller.

Il reste l'inconnue de la politique israélienne dont le gouvernement ne rêve que d'une chose : anéantir l'effort nucléaire militaire iranien qui est considéré comme une menace existentielle pour l'Etat hébreu.



  • [1] Il est possible que la date de cette intervention n'ait pas été tout à fait choisie au hasard. En effet, l'attention du monde est effectivement focalisée sur le Japon. L'opération militaire en question a donc moins de retentissement dans les medias internationaux que cela n'aurait été le cas en période « calme ». A noter que le roi Abdallah, âgé de 86 ans, est rentré fin février d'une longue absence pour des raisons médicales.
  • [2] Le parti islamique Al-Wafa, le mouvement pour la vérité (Haq) et le mouvement du Bahreïn libre.
  • [3] A l'exception de la Libye où la production de 1,6 millions de barils/jour de pétrole est quasi arrêtée
  • [4] Les saisies de chargements d'armes en provenance d'Iran ont considérablement augmenté ces derniers temps. Soit les autorités douanières sont plus vigilantes, soit les expéditions sont plus nombreuses.

Centre Français de Recherche sur le Renseignement
21 boulevard Haussmann, 75009 Paris - France
Tél. : 33 1 53 43 92 44 | Fax : 33 1 53 43 92 92 | Contact